La plus grande des micronations !


    Francovie Télévision 1

    Partagez
    avatar
    Monsieur Kold
    Monsieur Kold

    Messages : 4812
    Date d'inscription : 02/12/2012
    Age : 63
    Localisation : Almara - Francovie

    Re: Francovie Télévision 1

    Message  Monsieur Kold le Jeu 24 Oct - 15:10





    LES GUIGNOLS DE L'ACTU

    6ème édition




    Xavier Durand: Mesdames et Messieurs Bonsoir, vous regardez l'ancêtre d'Internet et vous êtes sur FT1!

    Applaudissement du public!

    Xavier Durand: L'actu du jour et même de ces derniers jours c'est la flemingite qui a causé la mort de 1035 personnes en Picabie. Le Président Kikojiro a vivement réagis...





    Pierre Kikojiro: Mes chers compatriotes, l'heure est grave, la maladie frappe notre pays. Aussi je tient a être honnête avec vous.....JE ME CASSE!!!

    Disparaît de l'écran

    Xavier Durand: QUOI?? M...Mais...Mais ou allez-vous?





    Pierre Kikojiro: Je me tire Durand! J'me casse au Krassland!
    X.D: Mais pourquoi?
    P.K: Pourquoi?? J'ai chopé la Flemingite Durand! On a essayé de me rendre inéligible, deux fois, on a essayé de me mettre en cause juridiquement dans l'affaire Elextrofuxgate et maintenant on essai de me tuer avec une maladie qui a emportée 1035 personnes! Non, je me casse! AU REVOIR!
    X.D: Mon dieu mais...Qui va diriger le pays???

    Rires du public!

    Xavier Durand: Au cours de cette épidémie, nous avons appris la mort de l'ancien Président Stéphane Maurier...




    Stéphane Maurier: AAAArgh....je meurt...je souffre....KOF! KOF!...Adiiieuuu mooonde crueeeel.....

    plus tard au Paradis:






    S.M: Salut la compagnie! Wow, c'est chouette ici! A qui doit-on s'adresser pour avoir une chambre? Laissez-moi passer j'ai été Président de la République moi!




    Dieu: Rien a foutre de ce que t'a été de ton vivant! J'ai 1035 personnes qui font la queue, t'attend ton tour comme tout le monde!

    Maurier se remet en bout de file en râlent....

    S.M: Putain...j'ai eue tort de ne jamais aller a l’église moi...




    Daniel Morgan: Stéphane...prenez donc un siège, croyez-moi vous allez attendre longtemps avant d'aller au Paradis....
    Stéphane Maurier: Eeeeh meeerde...

    Rires

    Xavier Durand: L'épidémie de flemingite noire est a présent terminée mais on apprend que le député Jean Aslon serait lui aussi touché...réaction des principaux leaders politiques...





    Pierre Kikojiro (a Vasseur et Lefesbure) : Allez les gars, en chanson...

    les trois en coeur: ♫♪♪♫ Loin de nos coeur, loin de nos yeux, Jean Aslon meurt peu a peu, c'est bien triste mais c'est tant mieux, c'est tant mieux! ♫♪♫♪

    Xavier Durand: Pour finir, réaction finale d'un des leaders de la gauche, Irina Leileina...Madame Leileina un commentaire sur la felmingite, la mort de Stéphane Maurier et la maladie de Jeans Aslon?

    Apparaît Irina Leileina accompagnée de Brigitte Bergen, et Clovis Bongerlfer...





    Irina Leileina: Eh voilà ce qui arrive quand on fait confiance a un Bongerlfer!
    Clovis Bongerlfer: Quoi??? Ah parce que c'est ma faute???
    Brigitte Bregen: Faut bien que le Gouvernement trouve un coupable...et c'est pas Kikojiro qui va porter le chapeau de 1035 morts...j'suis même étonné qu'il s'en sorte aussi facilement!
    Xavier Durand: Arrêtez vous n'allez pas accuser cet homme de la propagation d'un virus?
    I.L: Faut un coupable.
    C.B: Irina! Tu est Ministre...aide-moi! Ne laisse pas Brigitte me faire accuser!!
    B.B: Et qui on va accuser alors?
    C.B: Personne! C'est la nature, c'est les indépendantiste, c'est Jallan, n'importe qui mais pourquoooi moi???
    B.B: T'inquiète pas Clovis, on va s'arranger pour te faire évader juste après....
    I.L: Ou t'apporter des oranges en  douce.....

    Xavier Durand: Pauvre Clovis Bongerlfer, avec ces deux femmes a ces cotés on sent qu'il va mal finir un jour....allez a ciao Bonsoir!


    [/quote]
    avatar
    Emile Bogendorfer

    Messages : 7119
    Date d'inscription : 02/12/2012
    Age : 67
    Localisation : Mézénas

    Re: Francovie Télévision 1

    Message  Emile Bogendorfer le Mer 30 Oct - 13:12





    Une série produite et réalisée par Luc TESSON.





    Saison 2 - Episode 4

    Le serment.





    Résumé de l'épisode précédent : Paul Atréides et sa mère Jessica sont en fuite alors que tout le monde les croit morts. Leur ornithoptère s'est écrasé mais ils sont indemnes. Ils prennent la direction du nord, dans l'espoir d'atteindre le sietch où se trouve Stilgar, le Naïb des Fremen et le mystérieux Liet. Paul a une vision, qui lui apprend que le Baron Vladimir Harkonnen est le père de Jessica et que cette dernière est enceinte et porte sa soeur. Trois ornithoptères apparaissent et se posent alors à proximité de leur tente.



    Paul et Jessica eurent peur d'avoir été repérés par les Harkonnen mais les portes d'un des ornis s'ouvrirent et un homme vêtu d'un distille apparut : le Docteur Kynes ! Celui-ci courut à leur rencontre.


    Docteur Kynes : Tout le monde va bien ? Nous avons vu votre orni lorsqu'il s'est écrasé et nous sommes venus à votre secours.

    Jessica : Merci, mais... vous...

    Docteur Kynes : Pardon, je ne me suis pas présenté : je suis le Docteur Kynes. Je vis au milieu des Fremens depuis ma naissance et je suis un des leurs, désormais.

    Paul : Vous pouvez avoir confiance, mère.

    Docteur Kynes : Mon garçon, nous ne devons pas rester ici plus longtemps. Les Harkonnen descendent rarement aussi bas mais s'ils vous retrouvaient, ce serait terrible.

    Paul : Ils ignorent que nous sommes encore en vie.


    Un Fremen apparut alors.


    Le Fremen : Liet, nous devons y aller !

    Docteur Kynes : Entendu, Farouk. Allons-y sans plus tarder !


    Ils montèrent à bord de l'ornithoptère et les trois appareils décollèrent. Le soleil dardait ses derniers rayons avant la venue de la nuit. Ils volèrent pendant de nombreuses heures. Paul s'aperçut alors qu'il aurait dû parcourir avec sa mère une très longue distance et qu'ils n'auraient sans doute pas survécu si Kynes et ses Fremen n'étaient pas venus à leur secours.



    Paul : Docteur Kynes, le Fremen vous a appelé Liet, tout à l'heure. Est-ce vous ce fameux chef dont tout le monde parle ?

    Docteur Kynes : Liet est mon nom Fremen, c'est ainsi que je suis connu à l'intérieur du sietch. Mais je ne suis pas réellement un chef... c'est un peu compliqué, je vous expliquerai tout cela plus tard. Ah, nous arrivons !


    Les ornis se posèrent et, plus tard, Liet-Kynes, Paul et Jessica pénétrèrent dans un sietch. Jessica fut surprise de remarquer combien l'air était frais à l'intérieur.

    Mais plus étonnant encore, au milieu des effluves corporelles et des odeurs de cuisine, ses sens Bene Gesserit lui firent ressentir autre chose, presque infime : de l'humidité ! "C'est impossible !", se dit-elle "Comment pourrait-il y avoir de l'humidité en plein désert ?" Elle se promit de tenter de résoudre ce mystère, mais plus tard. Mieux valait ne pas poser trop de questions pour l'instant, ils n'étaient que des invités.

    Ils se rendirent tous les trois dans une pièce rudimentaire qui devait servir de bureau à Liet-Kynes.



    Liet-Kynes : Bien, à présent vous êtes en sûreté. Demain, Stilgar viendra ici et vous repartirez ensemble pour son sietch (se tournant vers Jessica) Madame, nous avons appris la mort du Duc. C'était un homme d'une grande loyauté et d'une grande bravoure. Mon garçon, votre père nous manquera beaucoup.


    Bien qu'il n'était encore qu'un adolescent d'à peine 16 ans, Paul apprécia assez peu d'être appelé "mon garçon". Mais il se retint et ne dit rien.


    Paul : Les Harkonnen ont tout pris à ma famille. Ils ont tué mon père, ils ont tué nos amis, Idaho, Hawat. Par leur faute, nous sommes devenus des renégats obligés de fuir. Mais je vais leur reprendre ce qu'ils nous ont volé et je vengerai la mort de mon père.

    Liet-Kynes (amusé par tant de vaillance) : Écoutez, mon garçon, peut-être vous faut-il...

    Paul : Vous voudrez bien m'appeler Sire, lorsque vous vous adressez à moi !


    Liet Kynes resta un instant stupéfait par tant d'audace dans la bouche du jeune homme. Paul n'avait pas utilisé la Voix, mais Jessica (et sans doute Liet-Kynes) perçut les inclinaisons de la voix de son Duc, de Léto. Une voix habituée à commander, une voix qui impose le silence et le respect.


    Liet-Kynes: Eh bien, Sire, j'ignore si c'est une bonne idée de vous en prendre ainsi aux Harkonnen.


    Le Fremen se forçait en l'appelant ainsi et il espérait que Paul ne le remarquerait pas. Il avait du mal à se dire que lui, un Fremen du désert, devait montrer autant de déférence envers un adolescent.



    Paul : L'Empereur a offert Arrakis et l'exploitation de l'épice à la Maison des Atréides. Mon père étant mort, c'est moi la maison des Atréides. Légalement, Arrakis m'appartient et l'Empereur ne peut pas le nier. Je dois reprendre Arrakis.

    Liet-Kynes : Mais il vous faut une armée, il vous faut des hommes.

    Paul : Les Fremen m'aideront.


    En entendant ces mots, Liet-Kynes se souvint des paroles de la prophétie : Il sera un guerrier impitoyable et il vous mènera à des victoires sans fin. Par lui et pour lui, vous tuerez et vous massacrerez vos ennemis. Et en vous soumettant à lui, vous gagnerez votre liberté. "Ce jeune Prince est-il l'Élu ?", s'interrogea-t-il. "Est-ce de lui que nos destins dépendent ?"



    Paul : Docteur Kynes, vous nous avez probablement sauvé d'une mort certaine. Je vous offre mon amitié et celle des Atréides.

    Liet-Kynes : Sire, je suis touché. Je vous donne moi aussi mon amitié.

    Paul : Ne prenez pas cela à la légère. (utilisant subtilement la Voix) Vous ne savez pas ce qu'un Atréide est prêt à faire lorsqu'il a fait serment d'amitié. Je donnerais ma vie pour vous !

    Docteur Kynes : Mais, je... (se mettant à genoux devant Paul). Sire, ce serait un honneur pour moi que de mourir pour vous.


    Cette fois, Liet ne s'était pas forcé à prononcer le mot, ni à s'agenouiller. Jessica regarda son fils et admira cette faculté qu'avaient les Atréides à inspirer le respect et les plus grands sentiments, la dévotion, l'obéissance... et l'amour.

    Soudain, des explosions se firent entendre. Farouk pénétra dans la pièce.



    Farouk : Liet, les Harkonnen nous ont repérés ! Nous devons fuir ! Ils ont déjà commencé à nous bombarder !

    Liet-Kynes : Madame, Mon Seigneur, suivez-moi. Il y a une issue secrète dans ce sietch. Une fois dehors, vous serez livrés à vous-mêmes. Mais vous n'êtes plus très loin du sietch de Stilgar. Prenez la direction de la Montagne du Bouclier. Vous y trouverez Stilgar.

    Paul : Liet, vous venez avec nous.

    Liet-Kynes : Non, je dois rester ici, avec mes Fremen. Sire, partez, je vous en supplie !




    Ils sortirent et Liet-Kynes referma la porte derrière eux. Ils coururent en évitant d'être vus par les vaisseaux Harkonnen qui attaquaient.






    Jessica : Faudra-t-il donc que nous fuyions encore et toujours ?

    Paul : Cela ne durera pas, ma mère. Je vous jure qu'un jour, ce seront les Harkonnen qui fuiront devant nous.











    A SUIVRE.
    avatar
    Florent Evreyël

    Messages : 1694
    Date d'inscription : 25/08/2013
    Age : 26
    Localisation : Evrain

    Re: Francovie Télévision 1

    Message  Florent Evreyël le Jeu 31 Oct - 15:40

    Bientôt, retrouvez Antony de Murtens pour un documentaire spécial sur Evrain. Découvrez la culture de la ville, son patois, ses bâtiments et son histoire...

    Evrain, terra incognita


    En exclusivité sur
    avatar
    Florent Evreyël

    Messages : 1694
    Date d'inscription : 25/08/2013
    Age : 26
    Localisation : Evrain

    Re: Francovie Télévision 1

    Message  Florent Evreyël le Jeu 31 Oct - 16:21


    Episode 1
    Tout commence par le commencement...




    Présentateurs : Antony de Murtens, le Narrateur


    Antony de Murtens
    Salut la compagnie ! Comme vous pouvez sûrement le constater, il y a beaucoup de brouhaha dans cet endroit, et pour cause : je suis actuellement à l’immense gare de Micropolia pour une escapade vers Evrain. Je vais me rendre là-bas afin de comprendre le fonctionnement de cette ville, ses coutumes, son histoire et surtout ses conflits, qui sont pour la plupart méconnus des francovars.
    C’est ici que commence notre périple. Bienvenue sur Terra Incognita. Ou comme on le dirait en évritense : Hüssem ! « Terra Incognita » !


    Narrateur
    Evrain est une province située au Nord de la Francovie  à proximité de Châtillon-Vernier et de Comtat-Francovin. Elle constitue à elle-même plus de  5200 km² de superficie, et couvre presque la totalité du littoral nord du pays. Elle est limitrophe au Bangana, et est très proche du Royaume de Belgacie. Depuis peu, cette ville dispose d’un vaste complexe scientifique installé sur la petite île de Syland.


    Antony de Murtens est actuellement dans un train.

    Antony de Murtens
    En effet, Evrain a décidé d’attribuer au GERAS — Groupe d’Expérimentation, de Recherche et d’Application Scientifiques — Syland, une petite île de 5800 hectares qui se situe à 18 km des côtes évridoises. Si vous voulez, cette île est considérée comme étant un Territoire Autonome, c’est-à-dire une entité qui se doit de respecter les lois et les impôts francovares, mais qui dispose toutefois d’une grande autonomie gouvernementale, attribuée par la mairie d’Evrain.


    Antony est arrivé en gare.

    Antony de Murtens
    Et nous voici dans la gare d’Oxerian, commune en province d’Evrain. C’est ici que nous allons commencer la découverte de la région.


    Narrateur
    Commune ? Pourquoi tu ne dis pas ville, ça serait plus simple…


    Antony de Murtens
    Bonne question. En fait, la définition de ville à Evrain est un petit peu complexe à expliquer. Mais pour faire simple, dis-toi bien qu’ici, une ville est un regroupement de communes, et que la commune est l’équivalent de la ville en Francovie.

    Narrateur
    Bwarf… Pourquoi ils ont pas fait simple, comme tout le monde… Normalement, une ville, c’est une ville, point barre.


    Antony de Murtens
    Justement, c’est ce que nous allons découvrir au prochain épisode de Terra Incognita qui portera sur le découpage administratif d'Evrain. J’espère que ce début de série vous aura plu, et à la prochaine, pour de nouvelles découvertes !

    Schuss !



    Une production :
    avatar
    Florent Evreyël

    Messages : 1694
    Date d'inscription : 25/08/2013
    Age : 26
    Localisation : Evrain

    Re: Francovie Télévision 1

    Message  Florent Evreyël le Ven 1 Nov - 13:19


    Episode 2
    Partie 1
    Villes et communes, différences complexes

    Antony de Murtens
    Bienvenue dans le deuxième épisode de Terra Incognita, votre documentaire inédit sur Evrain ! Pour rappel, hier, on s’était quitté sur une question très intéressante de la Voix qui nous disait quelle était la différence entre une commune et une ville à Evrain. Pas vrai ?

    Le Narrateur
    En effet ! Et j’ai rien compris à ton explication !

    Antony de Murtens
    Eh bien, ce qu’il faut comprendre avant tout, c’est que le système administratif d’Evrain résulte d’un long processus de création qui a pris plus de 600 ans. Pour cause, les premières divisions administratives qui sont apparues ici datent de 1456, après la chute de Lutania. De par cette différence, il est bien normal qu’Evrain soit un peu différent des autres régions.

    Le Narrateur
    D’accord. Mais concrètement, pourquoi la ville d’ici est différente de la ville d’ailleurs ?

    Antony de Murtens
    Eh bien, figure-toi que c’est parce que le mot ville n’a pas la même étymologie à Evrain qu’en Francovie. Techniquement, le mot ville provient du latin « villa » qui signifie la maison de campagne. Cependant, à Evrain, ce mot provient du zalmon « vïlëvördtë » qui signifiait autrefois « ensemble lié » ; la langue zalmone étant l’ancêtre de l’évritense. Donc pour faire simple, ici, la ville symbolise un ensemble de communes liées entre elles.

    Le Narrateur
    Pour faire simple ? Parce que c’est plus complexe ?!

    Antony de Murtens
    En effet, c’est extrêmement complexe. Et vu que je ne m’y connais pas en politique, on va se rendre à l’Université Politique d’Oxerias-Tërranörüm. Aller, c’est parti !
    avatar
    Florent Evreyël

    Messages : 1694
    Date d'inscription : 25/08/2013
    Age : 26
    Localisation : Evrain

    Re: Francovie Télévision 1

    Message  Florent Evreyël le Ven 1 Nov - 13:25

    INTERRUPTION SPÉCIALE


    Nous sommes désolé pour cette interruption.

    Nous venons d'apprendre l'hospitalisation d'Irina Leileina, Ministre de l'Aménagement du Territoire, des Transports et de l'Ecologie. Selon les sources de polices, elle aurait été contaminée par un agent chimique identifié sur l'une de ses lettres. Il s'agirait, selon les forces de l'Ordre, d'une lettre qui proviendrait de la province d'Evrain. La Police vient d'établir une enquête. Nous y reviendrons plus tard.

    Merci pour votre compréhension, votre programme va reprendre dans un instant.
    avatar
    Florent Evreyël

    Messages : 1694
    Date d'inscription : 25/08/2013
    Age : 26
    Localisation : Evrain

    Re: Francovie Télévision 1

    Message  Florent Evreyël le Ven 1 Nov - 14:51

    FLASH INFO

    Aujourd'hui, l'heure est grave au Ministère de l'Aménagement du Territoire, des Transports et de l'Ecologie. En effet, un pronostic vital vient d'être organisé suite à la dégradation de la santé d'Irina Leileina qui a été victime d'une intoxication. Les services médicaux précisent qu'elle est actuellement dans le coma pour une durée indéterminée. Son état s'est aggravée.
    avatar
    Florent Evreyël

    Messages : 1694
    Date d'inscription : 25/08/2013
    Age : 26
    Localisation : Evrain

    Re: Francovie Télévision 1

    Message  Florent Evreyël le Dim 3 Nov - 11:49

    Edition Spéciale

    Antony de Murtens
    Cher Public, bonjour.

    L'actualité de ce dimanche 3 Novembre, c'est l'organisation de la Première Journée de l'Union qui se tient actuellement à Evrain. Comme vous le savez sans doûte, Evrain a été touché ses derniers mois par d'importants conflits créés, entre autres, par les indépendantistes, qui habitaient majoritairement la Province de Lüssen. Le maire d'Evrain, Daniel Evreyël, a organisé cette journée afin de rappeler aux évridois leur appartenance à Evrain et à une nation forte : la Francovie.
    Nous avons envoyé Julia Esperanza pour connaître l'ambiance qu'il y a là-bas. Julie, vous nous entendez ?

    Julia Esperanza
    Oui, parfaitement ! Et bien, écoutez. Je suis actuellement au Concert de l'Union, et Saole, le célèbre artiste évridois, est en train d'interpréter "Poussières", l'un des tubes les plus vendus de Francovie. L'ambiance qu'il y a ici est électrique, les gens crient, les gens chantent et les gens sautillent. De plus, les conflits qu'il y a dans la Province de Lüssen s'amenuisent, ce qui soulagent les évridois du sud qui s'attendaient à voir d'autres violences de la part des indépendantistes.

    Antony de Murtens
    Merci, Julia... Nous reviendrons plus tard sur cette fête qui pourrait éventuellement intéresser Achille Latour, le meilleur flirter qu'on puisse trouver en Francovie.

    Rires du Public
    avatar
    Florent Evreyël

    Messages : 1694
    Date d'inscription : 25/08/2013
    Age : 26
    Localisation : Evrain

    Re: Francovie Télévision 1

    Message  Florent Evreyël le Dim 3 Nov - 18:07

    Une actualité


    ÉDITION SPÉCIALE

    Bienvenue, chers téléspectateurs, dans cette édition spéciale. L’actualité récurrente de cette semaine est, bien sûr, les élections présidentielles qui s’approchent à grands pas. Comme vous le savez sans doute, la législature actuelle arrive bientôt à son terme La Cour Suprême a organisé les prochaines élections la semaine prochaine.
    Nous recevons aujourd’hui Pierre Kikojiro, le Président sortant, pour discuter de ces prochaines élections.
    Bonsoir, Pierre Kikojiro.

    Bonsoir.

    Comme vous le savez, la Présidentielle approche. Les partis commencent à mettre au point leurs stratégies, et les nouveaux candidats s’apprêtent à se présenter. Pensez-vous à une éventuelle candidature ?

    Oui, je suis candidat.

    Très bien. Mais quelles ont été les raisons qui vous ont poussé à vous représenter à nouveau ?

    Depuis plusieurs semaines déjà, j’ai écouté les discours des uns et des autres, et dans toute cette cacophonie, je perçois le risque pour le pays de retomber dans l’instabilité et la division qui l’ont si souvent miné.
    Je me présente comme le candidat de la stabilité, le candidat de la protection, de la République et des Institutions, le candidat de l’union.
    Je veux que la Francovie reste unie, et elle ne le sera pas si elle est prise en main par des Anarchistes, ou des partis… je devrais dire des Clans, dont l’illogisme suprême est de vous dire aujourd’hui qu’ils ont participé à la coalition Gouvernementale, que j’ai souhaité, mais que tout ce qui y a été fait est mauvais. C’est non seulement illogique mais hypocrite.
    Compte tenu de ce retournement spectaculaire de la Gauche et le risque que font courir certaines factions à la stabilité de notre pays, j’ai considéré qu’il y avait là des circonstances suffisamment exceptionnelles pour me représenter à un second mandat, au nom de la cohérence et de la stabilité de notre pays.


    Est-ce-que nous devons retenir, dans ce discours, que votre parti est le seul à prôner véritablement la stabilité, et que les anarchistes, ainsi que l’ensemble de l’aile de Gauche, ont des chances d’affecter la stabilité du pays ?

    Ce que j’ai vu, en tant que Président de la République, c’est deux choses.
    D’une, la Coalition Nationale à fonctionné, très bien fonctionné dans l’ensemble, mais il est arrivé a plusieurs reprises que la Gauche nous fasse des chantages, des menaces d’utiliser leur majorité au Parlement pour faire chuter le Gouvernement, si nous ne nous alignons pas sur leurs idées. Ces menaces sont insupportables et j’ai toujours privilégié le dialogue et le compromis, notamment sur la Réforme de l'immigration et la Loi qui met en place des Services de Renseignements, pour éviter qu’ils n’en arrivent à de telles extrémités. Mais, aujourd’hui, je le dit : il n’y a plus de compromis possible avec une Gauche qui joue les enfants gâtés et qui tente de manger le bras qui l’a nourrit. S’agissant des Anarchistes, ils furent, en début de mandat, de ceux qui ont le plus cherché à déstabiliser l’Etat lorsque des fautes furent commises par la Cour Suprême, et pendent les dernières Législatives, un peu avant la crise d’Evrain, ils ont tenté le coup d’essayer de déstabiliser le Gouvernement. Ils n’y sont pas parvenus, et c’est pour éviter une telle instabilité que Droite et Gauche se sont unis dans une coalition nationale.


    Sarcasme

    Une coalition nationale qui n’a, évidemment, pas porté ses fruits...

    Rires du Public

    Mais, je ne me souviens pas des tentatives de déstabilisations que vous évoquez. Pouvez-vous préciser vos dires, s’il-vous-plaît ?

    Tout d’abord, je me permet de vous contredire. La coalition, si elle n’a pas toujours était facile — mais quoi de plus normal que d’avoir des avis divergents dans une coalition —, a bel et bien porté ses fruits, dans le sens où nous avons pu mettre en oeuvre le projet que j’avais défendu lors de la dernière Présidentielle tout en travaillant ensemble, RDR, UDR et PTF sans que cela ne renvoie un message brouillé et illisible pour les Francovars. Tous ont bien compris quelle était leur place et tout s’est déroulé aussi bien que possible dans une alliance où chacun à eu sa propre opinion. Je n’ai jamais demandé à un ministre du PTF de se convertir à l’idéologie de Droite. Donc nous avions des divergences tout à fait normales.
    S'agissant de la déstabilisation, en début de mandat, lorsque je suis devenu Président de la République, il y a en effet eue une crise qui a débutée à Evrain, à cause des Indépendantistes. Mais, déjà avant cela, durant la campagne des élections législatives, il y avait eue une énorme confusion qui avait amenée nos compatriotes à voter massivement pour les anarchistes. C’est ce qui a obligé la Droite et la Gauche à former une coalition sans quoi nous aurions eu un Gouvernement anarchiste à la tête de l’Etat depuis maintenant deux mois.


    Mais, les citoyens ont votés massivement pour le PAF. N’était-il pas plus judicieux de former un gouvernement avec une majorité, plutôt qu’avec une minorité ? De plus, la crise à Evrain n’est-elle pas plus complexe et plus profonde que cela ? Pouvez-vous nous expliquer davantage votre opinion ?

    La réalité est que pour la plupart des gens, l’anarchisme est synonyme d’instabilité, de “bordel”, comme on le dit vulgairement. Les Francovars ont voulu, en votant pour le PAF, marquer un désaccord profond avec ce qui avait été fait par le passé, sous le mandat du Président Maurier. Ils ont trouvé, dans ce parti contestataire, un moyen de marquer leur désaccord avec l’Etat. Mais personne dans la classe politique, je dis bien personne, ne souhaitait voir un Gouvernement anarchiste au pouvoir. Et comme je ne suis pas du genre à composer avec les extrêmes, j’ai demandé à ce que soit formé un Gouvernement de Coalition avec à sa tête un UDR, parti qui a recueillit aussi une large majorité de votes, car en réalité c’est bien l’UDR qui été arrivé en tête de ces législatives, le PAF n’était majoritaire qu’avec l’ensemble des voix de Gauche ; or le reste de la Gauche, non plus, n’en voulait pas à la tête de l’Etat.

    Pouvons-nous savoir votre futur programme Présidentiel, qui est l’essence même d’une campagne électorale ?

    Mon programme sera fort simple et aura entre 8 à 10 mesures pour la Francovie.
    Un Loi organique sur le financement des Clans par l’Etat, avec un financement minimum de 4000 R$, pour ne plus jamais se retrouver dans la situation que nous avons connu sous la législature du Président Maurier, où aucun Clan n’avait reçu d’argent pour subvenir aux besoins de sa population.
    Une Loi interdisent la Négation des crimes commis sous la dictature Jallan, symbolique, je vous l’accord, mais c’est important pour que dans notre histoire nous nous souvenions des horreurs commises et les condamnions.
    L'instauration du Référendum d'initiative populaire, seulement sur les questions Sociales ou Sociétales, mais les citoyens pourront demander à ce que ce genre de Référendum soit tenu.
    Référendum sur l’ouverture du Mariage aux Homosexuels. Un tel référendum avait déjà eue lieu mais le vote des clans avait tout faussé. Je souhaite un nouveau Référendum où seul le peuple votera.
    Ce qui m’amène à la mesure suivante : la suppression du vote des clans, qui est inutile puisque dans l’absolu, quand la population vote, c’est aussi un clan qui vote, pas la peine d’avoir deux types votes.
    Pour la Culture, la création des NESTOR d’Or qui récompenseront les meilleurs, films, séries, acteurs et actrices, tous les deux mois.


    Je l’aurais assurément, ce NESTOR…

    Rires du Public

    Voici le plus gros de mon futur programme, il sera publié dans sa totalité dans les prochains jours. J’annonce aussi la sortie prochaine d’un livre intitulé “Le temps Présidentiel”, dans lequel je décrirais le fond de ma pensée et les raisons qui m’ont poussés profondément à me représenter, plus en détail que ce que je n’ai dit ce soir.
    Pour achever cette interview, je souhaite dire aux Francovars que, comme toujours, ils sont les seuls a décider. Peut-être me feront-ils à nouveau confiance, peut-être pas... Quoi qu’il arrive, je respecterai leur décision.


    Bref, merci à vous, Pierre Kikojiro, pour cette interview très enrichissante.

    Voici ce qui conclu cette édition spéciale en compagnie de Pierre Kikojiro.
    Je vous souhaite une bonne soirée.
    avatar
    Emile Bogendorfer

    Messages : 7119
    Date d'inscription : 02/12/2012
    Age : 67
    Localisation : Mézénas

    Re: Francovie Télévision 1

    Message  Emile Bogendorfer le Lun 4 Nov - 17:06





    Une série produite et réalisée par Luc TESSON.





    Saison 2 - Episode 5

    Votre nouvelle demeure.









    Jessica et Paul parcourent en quelques heures le chemin qui les séparait du Sietch du Bouclier. Ils virent bientôt les lumières d'Arrakeen qui brillaient au loin. Jessica soupira en pensant qu'elle n'y vivrait peut-être plus jamais.

    Ils arrivèrent enfin au sietch. Ce qui ressemblait à une porte refusait de s'ouvrir. Allaient-ils rester enfermés dehors ?

    Alors que Paul commençait à croire qu'ils devraient se résigner, la porte s'ouvrit soudain. Deux hommes apparurent et s'apercevant de leur présence, l'un d'entre eux sortit son krys et ses yeux bleu sur bleu devinrent menaçants.



    L'homme : Que faites-vous ici, étrangers, à vouloir pénétrer notre sietch ?

    Jessica :
    Je suis Jessica Atréides et...

    L'homme : Silence ! Les Atréides sont morts. Des soldats Harkonnen ont débarqué ce matin sur Dune et ont repris le contrôle de la planète. Qui me dit que vous n'êtes pas avec eux ?

    Paul : Nous avons fui les Harkonnen, ils sont nos ennemis communs. Nous voulons voir Stilgar.

    L'homme : Jeune chien, qui t'a donné le droit de parler ? Stilgar n'est pas là. Il est... absent. De toute façon, votre histoire a le goût du mensonge. Vous vous êtes aventurés dans le désert, alors qu'une tempête se levait. Vous devez être des espions Harkonnen... ou alors vous êtes fous.

    L'autre homme :
    Jamis, pourquoi discutes-tu avec eux ? Tu perds ta salive et ton temps. Économise ton eau, mon frère. Tu le sais tout comme nous : la loi du désert nous dit qu'ils doivent être tués. S'ils ne sont pas du sietch ni d'aucun autre sietch, alors ils doivent être tués.

    L'homme : Ne restons pas dehors, entrons.


    Paul et Jessica précédèrent les deux hommes, qui refermèrent la porte scellée derrière eux. Comme dans l'autre sietch, ils sentirent aussitôt que l'air était bien plus frais que dehors et Jessica décela à nouveau une trace infime d'humidité.

    L'homme était silencieux et il gardait son poignard à la main. Il leur ordonna d'avancer. Ils arrivèrent bientôt dans une espèce de grotte, d'où partaient de nombreux couloirs. Au sol se trouvaient quelques tapis visiblement fabriqués sans raffinement. L'apparence n'était pas essentielle, dans le désert. Tout l'endroit sentait l'Epice et les parfums lourds. Au loin, on entendait des enfants jouer. Un groupe de Fremen apparut.







    Leurs yeux étaient comme des perles d'Hagal bleu, brillants dans la pénombre.


    Une jeune femme, qui s'appelait Sara, se détacha alors du groupe. Elle avait reconnu Paul : c'est elle dont Paul avait sauvé la vie dans la forteresse d'Arrakeen, alors qu'elle aurait pu périr à cause d'un chasseur-tueur.

    Jessica utilisa tous ses talents de Bene Gesserit. Elle prépara tout son corps... avant de pouvoir agir.



    La jeune femme : Jamis, ne leur fais pas de mal. C'est la Bene Gesserit et son fils, le Mahdi !


    Stupéfié par les paroles de la jeune femme, Jamis relâcha un instant sa vigilance, ce que Jessica vit tout de suite. Elle bondit telle un félin et le pauvre homme se retrouva maitrisé par la Bene Gesserit, son propre poignard prêt à lui ouvrir la gorge. Au même instant, Paul saisit son krys, et se mit en position d'attaque, prêt à faire usage de son arme.


    Jessica : Je crois que les rôles se sont inversés, Jamis.

    Jamis : Femme, ta façon de te battre est bien surprenante mais si tu peux maitriser ainsi l'un des meilleurs guerriers de ce sietch, tu vaux au moins dix Fremen.

    Jessica : J'ai enseigné cet Art du Combat à mon fils. Il vous l'enseignera à son tour. Vous avez la parole d'une Bene Gesserit.


    Des murmures montèrent parmi les Fremen. "La prophétie... Il nous enseignera l'Art Etrange... C'est la Mère du Mahdi...".

    Soudain, la porte scellée s'ouvrit et Stilgar et un autre Fremen apparurent. Ils parcoururent la scène du regard et eurent tous les deux un énorme éclat de rire !



    Stilgar : Par l'enfer du désert, te voilà immobilisé par une femme, Jamis ?

    Jamis : Elle m'a eu par surprise, mon frère.

    Stilgar : Rangez tous vos armes, vous autres. J'ai fait le serment de veiller sur le Duc Atréides et sa Maison, et cette femme et l'homme-enfant sont tout ce qui reste des Atréides. Je ne peux renier mon serment, comme le désert ne peut me rendre mon eau.


    Jessica avait déjà relaché Jamis. Celui-ci récupéra son arme et la rangea dans son fourreau, après s'être entaillé la main. La coutume Fremen voulait qu'un krys qui sortait de son fourreau ne pouvait y retourner sans avoir connu le goût du sang. Mais la plaie se referma rapidement. "Coagulation accélérée !! C'est stupéfiant !", se dit Jessica.


    Stilgar : Jessica, veuillez excuser la conduite de mes hommes. Ce ne sont que des brutes épaisses. Shani, ne t'ai-je pas dit de ranger ton arme ?


    Paul vit que le regard de Stilgar s'était porté derrière lui. Il se retourna et soudain, elle était là, sous ses yeux : la jeune femme de ses visions, encore plus belle et cette fois, bien réelle.





    Shani : Je suis Shani, fille de Liet. Jamais je ne t'aurais permis de faire du mal à ceux de ma tribu.






    Stilgar : Paul, en tant que Naïb du Sietch du Bouclier, je t'accueille dans ma tribu. Les usages doivent être respectés. Je dois te choisir un nom secret, que seuls ceux de ce sietch connaitront. Paul, tu es jeune et solide, aussi fort que le pilier du Temple Zensunni. Je te nomme Usul, qui est la force du pilier. Usul est ton nom secret, et c'est ainsi que ceux du sietch t'appelleront.  Mais à présent, tu dois te choisir un nom d'homme, pour le reste des Fremen.


    Paul repensa à sa vision. Une image s'imposa à lui.


    Paul : Comment appelez-vous l'ombre dans le cratère de la Deuxième Lune de Dune ?

    Stilgar : Nous l'appelons Muad'Dib et... (se tournant vers les autres qui avaient commencé à ricaner en imitant un cri d'animal), c'est aussi le nom de la souris-kangourou de Dune.

    Paul : Puis-je m'appeler Muad'Dib ?

    Stilgar : Tu es Paul Muad'Dib. Usul a bien choisi : Muad'Dib est une créature du désert, qui ne se déplace que la nuit et dort le jour. Le Naïb a parlé. Jessica, Usul, soyez les bienvenus dans votre nouvelle demeure.


    Comme le voulait les usages Fremen, tous vinrent saluer les nouveaux arrivants. Paul vit déjà une lueur briller dans les yeux de certains, celle du fanatisme, celle du Jihad à venir. Sara et Jamis les saluèrent eux aussi. En détournant l'attention de Jamis, un peu malgré elle, Sara avait payé sa dette d'eau envers Paul. Ce fardeau n'était plus sur ses épaules. Jamis, quant à lui, ne semblait pas aussi impressionné par Paul.

    "Ta mère est bien celle de la légende, Muad'Dib", pensa Sara. "Elle t'a amené jusque à nous, comme la Prophétie le dit".







    "Pauvre femme, comme je suis triste pour toi".







    A SUIVRE
    avatar
    Jean Coty

    Messages : 3296
    Date d'inscription : 02/07/2013
    Age : 76
    Localisation : Palais des Louvrières (Hé oui! Je t'ai eu Bog!)

    Re: Francovie Télévision 1

    Message  Jean Coty le Lun 11 Nov - 10:47

    avatar
    Jean Coty

    Messages : 3296
    Date d'inscription : 02/07/2013
    Age : 76
    Localisation : Palais des Louvrières (Hé oui! Je t'ai eu Bog!)

    Re: Francovie Télévision 1

    Message  Jean Coty le Dim 17 Nov - 19:21



    (Estimation résultat)
    avatar
    Florent Evreyël

    Messages : 1694
    Date d'inscription : 25/08/2013
    Age : 26
    Localisation : Evrain

    Re: Francovie Télévision 1

    Message  Florent Evreyël le Dim 17 Nov - 22:09

    Intervention d'Allan Finkaëlkrotte






    Allan Finkaëlkrotte

    Je pense que la Francovie vient de signer officiellement son arrêt de mort.

    Croire que légaliser l'évritense à l'école va résoudre tous les problèmes d'Evrain est tout simplement faux. Car, rien ne nous préserve d'une autre tentative de rébellion de la part des indépendantistes évridois... En réalité, les indépendantistes ne se préoccupaient pas vraiment de l'éducation de l'évritense, ce qu'ils voulaient, c'est la déstabilisation du gouvernement, une brèche qu'ils leur permettrait d'obtenir l'indépendance. Cette brèche, ils l'ont eu. "Grâce" au gouvernement Langlette, Evrain vient d'accomplir la "phase une" de sa sécession : la sécession culturelle. Pour comprenidre mes propos, je vais vous décrypter un passage du discours de Rebecca Langlette.

    « C'est pour cette raison que désormais, la langue évriote sera enseignée dans les collèges et les lycées d'Évrain. »
    Sur ce passage, il est clairement dit que la langue évriote sera enseignée. Seulement, il n'est pas question de langue française. Du coup, rien n'empêche les écoles évridoises d'adopter la langue évridoise comme langue principale et de définir la langue française comme seconde langue, ce qui est dangereux pour la cohésion nationale.

    De plus, il faut savoir que les indépendantistes ont plongé la Francovie dans un cercle vicieux. En effet, ils ont pour l'instant demander une certaine sécession culturelle vis à vis de la Francovie. Mais, imaginez que demain, ils demande une sécession économique, ou une sécession administrative, ou une sécession sociale. Comment le gouvernement fera face à ça ? Comment il assurera une cohésion nationale, alors que la langue de l'éducation à Evrain, c'est maintenant l'évritense ?

    Bref, comme vous pouvez le voir, la Francovie vient de franchir un pas vers la sécession. L'heure est grave, et les indépendantistes ont maintenant une arme redoutable pour obtenir l'indépendance de leur territoire.
    avatar
    Emile Bogendorfer

    Messages : 7119
    Date d'inscription : 02/12/2012
    Age : 67
    Localisation : Mézénas

    Re: Francovie Télévision 1

    Message  Emile Bogendorfer le Jeu 21 Nov - 9:29

    Message de la direction de la chaine.

    En raison d'une actualité chargée, la diffusion de la série Dune a été interrompue et nous prions tous les fans de bien vouloir nous en excuser.

    La diffusion normale reprendra à partir de samedi.


    Aujourd'hui, nous vous proposons une rediffusion du précédent épisode.











    Une série produite et réalisée par Luc TESSON.





    Saison 2 - Episode 5

    Votre nouvelle demeure.



    Résumé de l'épisode précédent :

    Paul Atréides et sa mère Jessica sont en fuite alors que tout le monde les croit morts. Leur ornithoptère s'est écrasé mais ils sont indemnes. Ils prennent la direction du nord, dans l'espoir d'atteindre le sietch où se trouve Stilgar, le Naïb des Fremen et le mystérieux Liet.

    Paul a une vision, qui lui apprend que le Baron Vladimir Harkonnen est le père de Jessica et que cette dernière est enceinte et porte sa soeur. Trois ornithoptères apparaissent et se posent alors à proximité de leur tente.

    Il s'agit de Liet et de ses hommes, venus porter secours à Paul et Jessica. Arrivés au sietch de Liet, plus au nord de leur position, ils sont découverts par les Harkonnen et Paul et Jessica sont à nouveau obligés de fuir. Ils prennent alors la direction du sietch de Stilgar, où ils espéreront être reccueillis.





    Jessica et Paul parcourent en quelques heures le chemin qui les séparait du Sietch du Bouclier. Ils virent bientôt les lumières d'Arrakeen qui brillaient au loin. Jessica soupira en pensant qu'elle n'y vivrait peut-être plus jamais.

    Ils arrivèrent enfin au sietch. Ce qui ressemblait à une porte refusait de s'ouvrir. Allaient-ils rester enfermés dehors ?

    Alors que Paul commençait à croire qu'ils devraient se résigner, la porte s'ouvrit soudain. Deux hommes apparurent et s'apercevant de leur présence, l'un d'entre eux sortit son krys et ses yeux bleu sur bleu devinrent menaçants.



    L'homme : Que faites-vous ici, étrangers, à vouloir pénétrer notre sietch ?

    Jessica :
    Je suis Jessica Atréides et...

    L'homme : Silence ! Les Atréides sont morts. Des soldats Harkonnen ont débarqué ce matin sur Dune et ont repris le contrôle de la planète. Qui me dit que vous n'êtes pas avec eux ?

    Paul : Nous avons fui les Harkonnen, ils sont nos ennemis communs. Nous voulons voir Stilgar.

    L'homme : Jeune chien, qui t'a donné le droit de parler ? Stilgar n'est pas là. Il est... absent. De toute façon, votre histoire a le goût du mensonge. Vous vous êtes aventurés dans le désert, alors qu'une tempête se levait. Vous devez être des espions Harkonnen... ou alors vous êtes fous.

    L'autre homme :
    Jamis, pourquoi discutes-tu avec eux ? Tu perds ta salive et ton temps. Économise ton eau, mon frère. Tu le sais tout comme nous : la loi du désert nous dit qu'ils doivent être tués. S'ils ne sont pas du sietch ni d'aucun autre sietch, alors ils doivent être tués.

    L'homme : Ne restons pas dehors, entrons.


    Paul et Jessica précédèrent les deux hommes, qui refermèrent la porte scellée derrière eux. Comme dans l'autre sietch, ils sentirent aussitôt que l'air était bien plus frais que dehors et Jessica décela à nouveau une trace infime d'humidité.

    L'homme était silencieux et il gardait son poignard à la main. Il leur ordonna d'avancer. Ils arrivèrent bientôt dans une espèce de grotte, d'où partaient de nombreux couloirs. Au sol se trouvaient quelques tapis visiblement fabriqués sans raffinement. L'apparence n'était pas essentielle, dans le désert. Tout l'endroit sentait l'Epice et les parfums lourds. Au loin, on entendait des enfants jouer. Un groupe de Fremen apparut.


    Leurs yeux étaient comme des perles d'Hagal bleu, brillants dans la pénombre.


    Une jeune femme, qui s'appelait Sara, se détacha alors du groupe. Elle avait reconnu Paul : c'est elle dont Paul avait sauvé la vie dans la forteresse d'Arrakeen, alors qu'elle aurait pu périr à cause d'un chasseur-tueur.

    Jessica utilisa tous ses talents de Bene Gesserit. Elle prépara tout son corps... avant de pouvoir agir.



    La jeune femme : Jamis, ne leur fais pas de mal. C'est la Bene Gesserit et son fils, le Mahdi !


    Stupéfié par les paroles de la jeune femme, Jamis relâcha un instant sa vigilance, ce que Jessica vit tout de suite. Elle bondit telle un félin et le pauvre homme se retrouva maitrisé par la Bene Gesserit, son propre poignard prêt à lui ouvrir la gorge. Au même instant, Paul saisit son krys, et se mit en position d'attaque, prêt à faire usage de son arme.


    Jessica : Je crois que les rôles se sont inversés, Jamis.

    Jamis : Femme, ta façon de te battre est bien surprenante mais si tu peux maitriser ainsi l'un des meilleurs guerriers de ce sietch, tu vaux au moins dix Fremen.

    Jessica : J'ai enseigné cet Art du Combat à mon fils. Il vous l'enseignera à son tour. Vous avez la parole d'une Bene Gesserit.


    Des murmures montèrent parmi les Fremen. "La prophétie... Il nous enseignera l'Art Etrange... C'est la Mère du Mahdi...".

    Soudain, la porte scellée s'ouvrit et Stilgar et un autre Fremen apparurent. Ils parcoururent la scène du regard et eurent tous les deux un énorme éclat de rire !



    Stilgar : Par l'enfer du désert, te voilà immobilisé par une femme, Jamis ?

    Jamis : Elle m'a eu par surprise, mon frère.

    Stilgar : Rangez tous vos armes, vous autres. J'ai fait le serment de veiller sur le Duc Atréides et sa Maison, et cette femme et l'homme-enfant sont tout ce qui reste des Atréides. Je ne peux renier mon serment, comme le désert ne peut me rendre mon eau.


    Jessica avait déjà relaché Jamis. Celui-ci récupéra son arme et la rangea dans son fourreau, après s'être entaillé la main. La coutume Fremen voulait qu'un krys qui sortait de son fourreau ne pouvait y retourner sans avoir connu le goût du sang. Mais la plaie se referma rapidement. "Coagulation accélérée !! C'est stupéfiant !", se dit Jessica.


    Stilgar : Jessica, veuillez excuser la conduite de mes hommes. Ce ne sont que des brutes épaisses. Shani, ne t'ai-je pas dit de ranger ton arme ?


    Paul vit que le regard de Stilgar s'était porté derrière lui. Il se retourna et soudain, elle était là, sous ses yeux : la jeune femme de ses visions, encore plus belle et cette fois, bien réelle.





    Shani : Je suis Shani, fille de Liet. Jamais je ne t'aurais permis de faire du mal à ceux de ma tribu.






    Stilgar : Paul, en tant que Naïb du Sietch du Bouclier, je t'accueille dans ma tribu. Les usages doivent être respectés. Je dois te choisir un nom secret, que seuls ceux de ce sietch connaitront. Paul, tu es jeune et solide, aussi fort que le pilier du Temple Zensunni. Je te nomme Usul, qui est la force du pilier. Usul est ton nom secret, et c'est ainsi que ceux du sietch t'appelleront.  Mais à présent, tu dois te choisir un nom d'homme, pour le reste des Fremen.


    Paul repensa à sa vision. Une image s'imposa à lui.


    Paul : Comment appelez-vous l'ombre dans le cratère de la Deuxième Lune de Dune ?

    Stilgar : Nous l'appelons Muad'Dib et... (se tournant vers les autres qui avaient commencé à ricaner en imitant un cri d'animal), c'est aussi le nom de la souris-kangourou de Dune.

    Paul : Puis-je m'appeler Muad'Dib ?

    Stilgar : Tu es Paul Muad'Dib. Usul a bien choisi : Muad'Dib est une créature du désert, qui ne se déplace que la nuit et dort le jour. Le Naïb a parlé. Jessica, Usul, soyez les bienvenus dans votre nouvelle demeure.


    Comme le voulait les usages Fremen, tous vinrent saluer les nouveaux arrivants. Paul vit déjà une lueur briller dans les yeux de certains, celle du fanatisme, celle du Jihad à venir. Sara et Jamis les saluèrent eux aussi. En détournant l'attention de Jamis, un peu malgré elle, Sara avait payé sa dette d'eau envers Paul. Ce fardeau n'était plus sur ses épaules. Jamis, quant à lui, ne semblait pas aussi impressionné par Paul.

    "Ta mère est bien celle de la légende, Muad'Dib", pensa Sara. "Elle t'a amené jusque à nous, comme la Prophétie le dit".







    "Pauvre femme, comme je suis triste pour toi".







    A SUIVRE
    avatar
    Emile Bogendorfer

    Messages : 7119
    Date d'inscription : 02/12/2012
    Age : 67
    Localisation : Mézénas

    Re: Francovie Télévision 1

    Message  Emile Bogendorfer le Sam 23 Nov - 13:25





    Une série produite et réalisée par Luc TESSON.





    Saison 2 - Episode 6

    Le duel.







    Depuis 3 jours, Paul et Jessica Atréides vivaient désormais avec les Fremen. Leur vie dans le Sietch du Bouclier était bien différente de ce qu'ils avaient connu à Castel Caladan ou même dans la Forteresse d'Arrakeen.

    Ici, l'eau était rare et sortir dans le désert sans porter de distille était une folie. Mais Jessica ne comprenait toujours pas d'où provenait cette humidité qu'elle avait perçue grâce à ses sens Bene Gesserit. Elle savait que Paul l'avait également perçue. Plus tard, elle avait posé la question à Stilgar, mais celui-ci avait détourné la conversation.


    Paul, que tous dans le Sietch appelaient désormais Usul, était constamment suivi par Chani. Elle avait été chargée de lui enseigner tout ce qu'il fallait savoir pour vivre en vrai Fremen. Elle lui raconta le désert comme elle le voyait, Shaï-Hulud, le Ver Géant des Sables, le Grand-Père du Désert, comme l'appelaient les Fremen et les saisons qui se suivaient. En ce moment, c'était Sihaya, le Printemps du Désert. Et souvent, Paul, en s'endormant le soir, pensait à Chani en l'appelant sa Sihaya.

    Ici, sur Dune, ce qui était considéré comme le plus grand des trésors dans le reste de l'Univers était quelque chose que l'on trouvait en abondance. L'Épice était présente partout, jusque dans les tapis rudimentaires qui jonchaient le sol. Les Fremen en prenaient à chaque repas, comme d'autres mettent du sel dans leurs aliments.

    Paul s'était assis afin de prendre son repas. Ce qu'il mangeait n'avait certes pas le goût délicat des mets qu'on lui servait à Arrakeen, mais il s'y était habitué. Il sentit le fort goût de cannelle dans son plat, ce goût si caractéristique, celui de l'Épice ! Chani était à ses côtés, mais il n'en avait plus conscience.

    L'Épice fascinait Paul et en même temps, elle l'effrayait. Elle avait des effets sur lui, chaque jour ses visions se faisaient de plus en plus précises. Il ne comprenait pas toutes les visions qu'il avait, mais certaines étaient devenues bien plus claires.


    Le Jihad qui ébranlerait tout l'Univers partirait de Dune, les hordes sauvages qui déferleraient sur chacune des milliers de planètes de l'Impérium, c'était les Fremen. Il le savait, mais en même temps il ne le comprenait pas. Et c'était quelque chose qu'il voulait éviter, quelque en soit le prix. "Non, cela, jamais je ne le permettrai !", se disait-il.

    Il voyait sa soeur qui n'était pas encore née, il la voyait grandir, devenir une femme. Elle lui causerait bien des tourments et provoquerait bien des drames.

    Son fils apparaissait également dans ses visions et il savait que Chani serait la mère de cet enfant.

    Il voyait le Baron Vladimir Harkonnen, pervers et repoussant. Il se voyait lui tendre la main et lui dire : "Je viens vers vous, Grand-Père".

    Autant d'images qu'il ne pouvait chasser de son esprit. Autant de futurs possibles qu'il voulait, qu'il devait empêcher. Mais le pouvait-il vraiment ?


    Il fut soudain sorti de ses pensées. Jamis se tenait debout, non loin de lui et des Fremen l'entouraient.








    Jamis : Usul, je demande le Ham-Tal !

    Paul : Qu'est-ce que... quoi ?

    Jamis : Tu m'as parfaitement entendu, je demande le Ham-Tal !







    Jessica et Stilgar arrivèrent à leur tour, alertés par le tumulte.


    Jessica : Que signifie tout cela, Stilgar ?

    Stilgar : Jamis provoque votre fils en duel. Quelles sont les raisons de ton Ham-Tal, Jamis ?

    Jamis : Il nous a trompé, lorsqu'il est arrivé il y a 3 jours. Sa mère a utilisé la sorcellerie pour me maitriser et lui, il a envoûté ma femme, Sarah, afin qu'elle me distrait ! Je demande réparation, comme les lois Fremen me l'autorisent !

    Jessica : Mon fils n'a pas envoûté votre femme ! Tout cela est ridicule et je...

    Jamis : Qu'elle se taise ! (posant ses mains sur ses oreilles) Elle essaye de m'ensorceler à nouveau !

    Stilgar : Jessica, il a raison. A présent vous devez vous taire. Jamis est un jeune chien impétueux, mais il a raison. Le duel aura lieu.

    Jessica : Mais, Stilgar...

    Stilgar : Si vous dites encore un mot, je ne pourrai plus les tenir ! Usul, Jamis, que le Ham-Tal ait lieu et que Shaï-Hulud soit votre Juge !







    Les deux hommes se firent face. Chacun avait un krys à la main. Le duel allait commencer !

    Paul évitait avec adresse chacun des coups que son adversaire tentait de lui porter. Mais il reculait à chaque fois un dixième de seconde avant d'être touché. Jessica remarqua ce détail et réalisa avec effroi que c'était à cause de l'entrainement que son fils avait reçu ! Paul portait toujours un bouclier quand il s'entrainait au combat et cette protection lui garantissait de ne pas être atteint par une lame rapide, seule un coup porté lentement pouvait pénétrer le bouclier !



    Stilgar : Mais que fait votre fils ? Est-ce qu'il joue avec Jamis ? (puis, réalisant son erreur) Non, ne répondez pas !

    Jamis : Tu parais moins fier quand ta mère n'est plus là pour te protéger, pas vrai, Usul ?


    Paul ne répondit pas. Son Maître d'Armes, Duncan Idaho, lui avait appris que ceux qui parlaient le plus au combat le faisaient pour dissimuler leur peur ou leur doute. Il devait garder le silence, afin de garder son adversaire dans cet état.

    Jamis tenta à nouveau de le frapper mais Paul évita le krys qui passa à quelques millimètres de lui ! Jamis fut un instant distrait et Paul en profita pour lui porter un coup de pied au ventre. Jamis fut plié en deux par la douleur. Paul s'agenouilla devant lui et planta son krys dans le sol, comme on lui avait appris au combat.



    Paul : Tu as perdu. Abandonnes-tu à présent ?


    Jamis regarda Stilgar, totalement déconcerté.


    Stilgar : Le Ham-Tal est un duel à mort ! Jamis ne peut pas abandonner !

    Jessica : Mais Paul n'a encore jamais tué !!

    Stilgar (à voix basse)
    : Eh bien, il apprendra !


    Jamis se releva. Les deux hommes s'observaient. Soudain, Jamis monta sur un rocher, puis il brandit son arme et sauta sur Paul en poussant un cri ! Les deux hommes roulèrent sur le sol.

    Jamis ne bougeait plus, il était mort. Paul repoussa son corps. Son krys était plongé dans le coeur de son adversaire.



    Stilgar : Que le corps de Jamis soit emmené au Distille de la Mort ! Nous lui rendrons hommage dans une cérémonie à sa mémoire !







    Très vite, les Fremen prirent le corps de Jamis et l'emportèrent.


    Stilgar : L'âme de Jamis appartient désormais à Shaï-Hulud ! Mais il n'a plus besoin de son eau et elle appartient désormais à la tribu ! Venez, Jessica, votre place est à côté de votre fils.


    Plus tard, trois Fremen revinrent, portant une outre d'eau. Ils la donnèrent à Stilgar.


    Farouk : Trente-trois litres et soixante centième de litres, l'eau de Jamis, pour la tribu.

    Stilgar : Voici, Usul, récupère l'eau que tu as perdu au combat. Bois !


    Paul fut surpris mais ne put refuser. Il but une gorgée.


    Stilgar : Que cette eau étanche notre soif à l'avenir ! Que nous en soyons tous les gardiens ! Paul, Jessica, venez. Nous allons vous montrer quelque chose.



    Le petit groupe partit, Paul transportant l'outre en peau de bête. Ils arrivèrent bientôt dans un endroit très reculé du Sietch. Jessica ressentit un air très frais lui fouetter le visage !


    Paul : Un piège à vent ! Ils recueillent l'humidité grâce à un piège à vent !

    Stilgar : Oui, Usul, nous faisons cela depuis près d'un siècle, voilà notre grand secret ! Regarde !







    Jessica et Paul poussèrent alors un cri de stupéfaction ! Un lac artificiel se trouvait devant eux ! Pas aussi immense qu'un lac naturel, mais il devait bien y avoir des milliers, des centaines de milliers de litres d'eau !


    Stilgar : Nous avons de très nombreuses caches comme celle-ci, à la surface de la planète. Seuls quelques-uns d'entre nous connaissent l'emplacement de toutes ses caches. Et un jour, grâce à toute cette eau, nous changerons le visage de Dune et nous en ferons un jardin ! Et tu nous aideras, Muad'Dib !





    A SUIVRE

    Épisode 7 - Soupçons - Prochainement.
    avatar
    Emile Bogendorfer

    Messages : 7119
    Date d'inscription : 02/12/2012
    Age : 67
    Localisation : Mézénas

    Re: Francovie Télévision 1

    Message  Emile Bogendorfer le Sam 30 Nov - 14:34





    Une série produite et réalisée par Luc TESSON.





    Saison 2 - Episode 7

    Soupçons.












    Loin de la planète Dune et de son désert, dans le luxueux Palais Impérial de Kaitaïn, un représentant de la Guilde Spatiale demanda à être reçu par la Révérende Mère Gaïus Helen Mohiam.

    Les deux organisations, le Bene Gesserit et la Guilde Spatiale, étaient toutes deux des forces politiques dont le pouvoir s'étendait sur tout l'Empire. C'était deux forces qui s'opposaient souvent, mais elles avaient pourtant bien des intérêts en commun et devaient s'efforcer de maintenir la stabilité dans l'Empire. Le chaos n'apportait jamais rien de bon.


    L'émissaire fut bientôt reçue par la Soeur. Celle-ci l'accueillit dans l'une des salles austères dans lesquelles les Bene Gesserit s'étaient installées, à proximité du pouvoir suprême, celui de l'Empereur et de sa Cour. Le mobilier était rudimentaire et l'émissaire ne fut pas surpris. Il savait combien les Soeurs évitaient le luxe et le confort, qui avaient le défaut d'endormir leur esprit, qu'elles devaient toujours garder vif et acéré.

    Tout de suite, Gaïus Helen Mohiam comprit que celui qui lui rendait visite était inquiet. Une autre personne ne s'en serait pas aperçu, mais il y avait des signes qu'elle avait très vite identifiés. Et cela ne fit que confirmer ses propres inquiétudes.



    L'émissaire : Révérende Mère, les Navigateurs sont perplexes, inquiets, même. Nous nous sommes plongés dans la transe de l'Épice, dans l'avenir lointain et nous sommes tombés sur une conjonction de possibilités qui nous apparaissent toutes plus ou moins... déstabilisantes. Et cela a systématiquement pour origine le même petit point dans cet immense Univers : Arrakis, la source de l'Épice !

    Gaïus Helen Mohiam : Oui, nous avons vu cela, nous aussi. Nous ignorons encore comment tout cela pourrait se déclencher. Il va nous falloir agir avec la plus grande prudence. L'équilibre de tout l'Univers en dépend.

    L'émissaire : Et n'oubliez pas que cet équilibre repose en grande partie sur l'Épice. Celle-ci doit circuler ! Si le flot de l'Épice s'interrompait, pour une raison ou une autre, nous aurions à faire face à un chaos que jamais nous n'avons encore connu depuis que nous avons vaincu les Machines Pensantes !

    Gaïus Helen Mohiam : Émissaire, repartez et dites à vos Maitres que nous partageons leurs inquiétudes.


    L'émissaire : Je le ferai, Révérende Mère.




    L'entrevue fut terminée et l'Émissaire repartit en direction de Jonction, la planète-mère de la Guilde Spatiale.







    Leur conversation avait été secrètement suivie avec la plus grande attention par Irulan Corrino. Cette dernière suspectait quelque chose, depuis la visite du Navigateur de la Guilde, il y a de nombreuses semaines. L'envoi des Atréides sur Arrakis lui avait paru surprenant, d'autant que le bail des Harkonnen, qui leur conférait l'exploitation du Mélange, prenait fin dans moins de 10 ans. Et peu de temps après, la Maison Atréides était anéantie.

    Sitôt l'Émissaire repartit, elle se rendit dans les appartements d'une Soeur qui était une amie de longue date et qui partageait la vie du plus proche ami de l'Empereur.



    Irulan Corrino : Dame Margot Fenring, il y avait fort longtemps que nous n'avons pas bavardé, vous et moi.

    Dame Fenring : Vous avez raison, ces longues conversations m'ont bien manqué !


    La Princesse Irulan avait utilisé des mots qui faisaient partie d'un code Bene Gesserit, afin de bien faire comprendre à son interlocutrice que leur discussion portait sur un sujet extrêmement sensible et qu'il leur faudrait employer un langage secret. Leur conversation porterait en apparence sur la vie de la Cour et sur des banalités sans importance, mais peu de personnes auraient pu deviner que les deux femmes parlaient de choses bien moins anodines.



    Irulan Corrino (en langage secret) : Soeur Fenring, votre mari est toujours Ministre de l'Épice de mon père, n'est-ce pas ? Doit-il se rendre bientôt sur Giedi Prime, la planète des Harkonnen ?

    Margot Fenring (avec le même langage) :
    Oui, il doit partir dans 3 jours, comme il le fait chaque mois. Pourquoi cette question ? Je devine que vous avez quelque chose en tête !

    Irulan Corrino : Je soupçonne mon père d'avoir aidé le Baron à se débarrasser du Duc Léto Atréides.

    Margot Fenring : C'est ce qui se raconte, en effet, mais il serait très difficile d'en obtenir la preuve formelle ! Vous voudriez donc que j'accompagne mon époux sur Giedi Prime ?

    Irulan Corrino : Oui, je ne peux pas vous donner un ordre mais nous nous connaissons depuis si longtemps... Ferez-vous cela pour moi ?

    Margot Fenring : La coïncidence est amusante ! Il se trouve que la Révérende Mère m'a confié une autre mission qui m'oblige à me rendre sur Giedi Prime. Peut-être me sera-t-il possible d'en apprendre plus sur cette affaire.

    Irulan Corrino : Je vous en remercie.










    Paul et Shani s'étaient éloignés du sietch. Les deux adolescents étaient assis sur un rocher plat. La nuit était tombée depuis peu, mais la chaleur brûlante du désert commençait déjà à faire place à la fraicheur nocturne. La Deuxième Lune de Dune se leva, accueillie par le petit cri d'une souris-kangourou.


    Shani : Usul, parle-moi de ton monde natal.


    Paul lui décrivit Caladan, la Forteresse de Calaville, perchée en haut d'une falaise, les océans immenses et les eaux calmes ou en furie (une étendue d'eau aussi vaste était difficile à imaginer, pour elle qui était née dans le désert sec et aride). Il lui parla des rizières pundi, des collines verdoyantes où il avait chassé avec son père.


    Paul : Un jour, je t'y emmènerai.

    Shani : Lorsqu'un Fremen s'éloigne trop longtemps de Dune, et que le sable ne colle plus à ses bottes, le désert lui manque terriblement.


    Il se levèrent, firent quelques pas sur le sable. Leurs mains s'enlacèrent. Et sans qu'aucun des deux n'y ait même pensé, sous la lueur de la Lune et dans le silence apaisant de la nuit, ils s'embrassèrent pour la première fois.







    A suivre

    Épisode 8 - Il vous mènera à des victoires sans fin

    Prochainement, sur FT1
    avatar
    Florent Evreyël

    Messages : 1694
    Date d'inscription : 25/08/2013
    Age : 26
    Localisation : Evrain

    Re: Francovie Télévision 1

    Message  Florent Evreyël le Jeu 5 Déc - 19:37

    Antony de Murtens
    L'actualité qui fait polémique, la proposition de loi sur l'union civile. Elle a fait à peine son entrée hier au sein du parlement francovare que des débats pour le moins tumultueux ont été lancées, et des réactions pour le moins perplexe ont été émises par certaines personnalités. L'un d'eux, Allan Finkaëlkrotte, s'est permit de prononcer son discours sur Internet. La vidéo à recueillit plus de 100'000 vues pour l'instant, et 75% pourcent des évridois le soutiennent. Ecoutez sa vidéo.

    Allan Finkaëlkrotte

    Je pense qu'avant de se lancer dans une discussion perpétuelle et conflictuelle, il faut analyser concrètement et objectivement les faits.

    Au niveau religieux, lorsqu'on parle de mariage, on fait l'allusion à l'acte de l'union entre un homme et une femme s'aimant mutuellement et qui souhaitent organiser leur vie commune tout en se partageant des compétences dans certains domaines (économiques, administratifs, etc.) De ce fait, le mariage peut avoir une connotation administrative et juridique, mais elle joue aussi un rôle primordiale dans l'affiliation et l'héritage familiale. Cette institution permet la transmission par voie héréditaire du patrimoine qui constitue en grande partie la collectivité familiale. Dans ce patrimoine, on peut citer la richesse, les terres, la dénomination, ou certaines dénominations spéciales...

    Seulement, le Pacte Civil est fondamentalement différent du mariage, car cette institution permet uniquement que deux individus, de même sexe ou de sexes opposés, puissent cohabiter ensemble tout en mettant en commun leurs pouvoirs administratifs et leurs richesses personnelles, et non familiales.

    De ce fait, les opposants à cette loi ont tord de dire que le Pacte Civil détruit la conception de la famille traditionnelle, car ce système d'union ne couvre pas les mêmes fonctionnalités que le mariage traditionnelle d'un point de vue administratif, juridique et idéologique.

    Et permettez-moi de rebondir sur une phrase qui m'a beaucoup fait rire. Elle a été prononcée par Henri Picaban, député du PNIP. Je le cite : "Nous y voila. C'est la fin du Mariage en Francovie ! Après l'Ecole, après l'Armée, voici que l'on s'attaque à la Famille, autre ciment de notre société."

    C'est faux. Comme je l'ai précédemment dit, le Pacte Civil est fondamentalement opposé à l'idéologie basique du mariage, qui est d'assurer l'héritage d'une collectivité familiale. De plus, le mariage est une institution religieuse — le mariage civil aussi, puisqu'elle représente qu'une vulgaire copie du mariage ancien, avec quelques changements... —, et le Pacte Civil ne l'est pas. Par conséquent, non, la famille ne sera pas détruite avec cette loi, car elle ne traite pas de la famille, mais seulement de deux personnes voulant s'unir pour organiser leur vie commune.

    C'est vrai ce qu'on dit, les francovars sont très pessimistes...
    avatar
    Emile Bogendorfer

    Messages : 7119
    Date d'inscription : 02/12/2012
    Age : 67
    Localisation : Mézénas

    Re: Francovie Télévision 1

    Message  Emile Bogendorfer le Ven 13 Déc - 21:28

    BANDE-ANNONCE








    Paul émit une vibration qui se transmit au module étrange.

    Et une formidable onde sonique jaillit de son arme, détruisant la stèle.






    Dune revient bientôt sur Francovie Télévision 1.
    avatar
    Florent Evreyël

    Messages : 1694
    Date d'inscription : 25/08/2013
    Age : 26
    Localisation : Evrain

    Re: Francovie Télévision 1

    Message  Florent Evreyël le Dim 15 Déc - 18:07

    URGENT


    L'hôpital de Zoürhick, à Evrain, vient de recenser les premiers cas d'une maladie inconnu à nos jours. Il s'agirait d'un virus issu d'une mutation de la flemmingite noire. Cette pathologie, nommé Syndrome de la Flemmingite Verte (dite SFV) causerait la détérioration musculaire, cérébrale et immunitaire de l'Homme, provoquant ainsi une mort presque certaine du malade. La maladie est très contagieuse, de ce fait, une épidémie nationale peut être envisagé. L'hôpital de Zoürhick appelle le gouvernement à ouvrir une enquête sanitaire.

    En attendant, si vous avez le moindre symptôme qui pourrait suciter de la flemmingite verte, appelez très rapidement les autorités sanitaires de Francovie grâce à ce numéro de téléphone :

    282-54-987

    Les symptômes connues de la maladie sont :
    - Toux
    - Tremblements
    - Mains froides et bleues
    - Grippe
    - Très grande fatigue
    - Rhume chronique
    - Difficultés à réfléchir
    - Courbatures
    - Migraines
    - Nausées
    avatar
    Emile Bogendorfer

    Messages : 7119
    Date d'inscription : 02/12/2012
    Age : 67
    Localisation : Mézénas

    Re: Francovie Télévision 1

    Message  Emile Bogendorfer le Ven 20 Déc - 15:08





    Une série produite et réalisée par Luc TESSON.





    Saison 2 - Episode 8

    Il vous mènera à des victoires sans fin.




    Irulan Corrino :

    Tous les Fremen voyaient en Paul Atréides le Messie qu'ils attendaient depuis tant d'années.

    Lorsqu'il leur dit que le moment était venu de leur enseigner l'Art Étrange, l'art du combat des Bene Gesserit, ils virent en cela la réalisation d'une des paroles de la prophétie qui leur annonçait la venue du Mahdi. Car il était dit que cet homme apporterait avec lui une arme redoutable. Ce qu'il allait leur transmettre lui venait de sa mère mais il y ajouterait toutes les techniques apprises grâce à Duncan Idaho, le Maitre d'Armes des Atréides. Il était prévu que cet enseignement se ferait d'abord par groupes de dix, puis de cinquante. Ensuite, chaque Fremen l'enseignerait à son tour à d'autres Fremen qui en feraient de même et ainsi, en quelques semaines ils seraient bientôt des dizaines de milliers à le maitriser.

    Les Fremen apprenaient vite, d'une part parce qu'ils étaient déjà bien entrainés au combat, et d'autre part parce qu'ils avaient cette qualité peu répandue : avant d'apprendre quoi que ce soit, ils avaient d'abord appris à apprendre.








    Dans l'une des salles du Sietch du Bouclier, une centaine de Fremen étaient rassemblés. Devant eux, Paul se tenait à côté d'une stèle pyramidale placée là pour l'occasion. Paul appela alors Turok, un de ceux qui lui vouaient la plus grande admiration.

    Tour à tour, il demanda au Fremen de briser la stèle de son pied, de son poing et de son krys. Mais aucune de ces méthodes ne laissa la moindre trace sur l'objet fait de la pierre la plus dure. Il lui fit alors une demande bien étrange.



    Paul : A présent, Turok, brise cette stèle avec ta voix !


    Turok fut un peu surpris et tenta de faire ce que Muad'Dib lui demandait. Avec une conviction totalement simulée, il hurla à la stèle : "Brise-toi !!", ce qui ne manqua pas de déclencher l'hilarité générale.

    Paul demanda à Turok de se retirer. Il prit son arme qu'il avait à la ceinture et enclencha un dispositif, le module étrange, qu'il portait autour du cou, plaqué contre son larynx.








    Puis, d'une voix grave grave, il émit un son qui se transmit à l'appareil. C'était comme si son arme réagissait à ce son, se chargeait d'une énergie nouvelle alors que le son montait dans les aigus. Puis soudain, quand il sut que l'arme était rechargée à son maximum, il fit un son plus bref qui déclencha le tir.







    Et une onde sonique jaillit de son arme, pulvérisant la stèle. Les Fremen étaient stupéfiés. Paul leur expliqua ce qu'il venait de faire devant eux.


    Paul : Vos idées forment des mots, qui forment à leur tour des sons. Selon les sons que vous choisirez, avec cette arme vous pourrez briser les os de vos ennemis, vous pourrez broyer leurs organes internes ou vous pourrez détruire les murs les plus épais. Ceci n'est qu'une partie de l'Art Étrange que je vous enseignerai.


    Un incident étrange se produisit alors. Turok, à qui l'on venait de remettre une arme, était un peu perdu dans le fonctionnement de celle-ci et appela Paul par son nom Fremen, Muad'Dib.

    Le son que ce mot produisit fut amplifié et une vibration fut transmise du module étrange jusqu'à l'arme avec une telle puissance que les Fremen alentours durent se boucher les oreilles. L'arme de Turok se mit alors à trembler comme si elle avait une volonté propre. Et une formidable onde sonique en jaillit, réduisant en miettes toute une partie du plafond de la salle, heureusement sans faire de victimes.

    Paul réalisa peu à peu l'importance de l'incident et ce qu'il allait signifier pour les Fremen. Et le fait que cela allait encore ajouter à la légende qui se déroulait sous ses yeux.


    "Mon nom est un mot qui tue", songea-t-il. "Il causera des dégâts chez les Harkonnen avec une plus grande efficacité que n'importe quel atomique. Les Fremen sont prêts à se battre pour moi, ils mourront pour moi si je leur demande. Bientôt, je vais pouvoir les lancer à l'attaque. Ils sont tous convaincus que, comme le dit la prophétie, je vais les mener à des victoires sans fin".


    "Mais avant cela, je dois d'abord passer une terrible épreuve. Je ne serai devenu l'un des leurs que lorsque j'aurai dompté le Ver Géant des Sables".


    "Je vais devoir affronter Shaï-Hulud".











    A suivre

    Épisode 9 - L'Épreuve

    Prochainement, sur FT1

    Contenu sponsorisé

    Re: Francovie Télévision 1

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 14 Nov - 16:23